LORRAINE P. DIETRICH, artiste, site officiel
Lavis en Petales - - Colors in Bloom

Aquarelle, définition / What is watercolour

  

> In English after the text in French  

 

DÉFINITION DE L’AQUARELLE

LyrismeL'aquarelle est très ancienne. Il y a 2,000 ans, les Chinois peignaient à l'aquarelle sur des banderoles et des écrans de soie et on leur attribue l'invention du papier vers 105 A.D. On a retrouvé des aquarelles au Japon, en Afrique de l'est et au Moyen-Orient. L'aquarelle était souvent utilisée pour enjoliver des illustrations, des enluminures, pour les miniatures, les cartes géographiques, en architecture, pour des études de plantes et d'animaux. Elle était aussi utilisée pour des études de couleurs ou comme ébauche en vue d'un tableau final à l'huile. À part les terres, l'instabilité de plusieurs couleurs rendait la conservation délicate.

 

 Albrecht Dürer (1471-1528) est considéré comme le premier maître en aquarelle par plusieurs experts et ses techniques étaient très évoluées pour l'époque. Autrefois, l'outremer était fabriqué en broyant du lapis-lazuli et il a conservé une belle brillance dans des œuvres des Limbourg, Dixon, Hilliard. En 1781, William Reeves a inventé l'aquarelle en godet avec du miel comme agent humidifiant et l'invention du premier tube en métal est attribuée au peintre américain John G. Rand en 1841.
 
Au siècle dernier, des paysagistes britanniques comme Cotman, Girtin, Cozenz, Towne, Constable, Cox, Whistler, et surtout Turner, ont traité l'aquarelle comme un médium à part entière dans des œuvres impressionnantes par leur atmosphère. Pratiquée par la Reine Victoria, l'aquarelle s'est beaucoup répandue dans le monde anglophone. Les aquarelles des américains Sargent et Audubon étaient très appréciées. Plusieurs historiens de l’art disent que le grand peintre Winslow Homer a été un des premiers à respecter le blanc du papier, une technique difficile qui augmente l'éclat et les transparences. En effet, si on emploie de l'aquarelle blanche pour des rehauts ou en mélange avec du rouge pour obtenir un rose, la teinte sera beaucoup plus terne car l'aquarelle blanche est plus opaque. Par contre, employer du rouge dilué avec de l'eau donnera un rose transparent.
 
En Europe, des artistes comme Redouté, Ingres, Édouard Manet, Piet Mondrian, Emil Nolde, Derain, le suédois Carl Larsson, quelques impressionnistes et expressionnistes ont réalisé des aquarelles remarquables et le médium obtient de plus en plus de considération. En 1888, le fabricant Winsor & Newton publiait en Angleterre la composition de ses aquarelles et des résultats de tests de permanence. Les artistes aimaient employer cette peinture pratique et facile à transporter.
 
Depuis cette période, l'aquarelle a connu un véritable renouveau et de nombreuses innovations. L'aquarelle moderne est composée principalement de pigments, d'eau, d'agents liants comme la gomme arabique purifiée additionnée de miel ou de glycérine, d'agents de conservation et de dispersion qui est souvent du fiel de bœuf. Ce médium lumineux et transparent se dilue à l'eau et se travaille sur un papier spécifique. En Occident, ce papier est en fibres de coton, ce qui lui assure permanence et stabilité.
 
Plusieurs effets sont obtenus par diverses techniques, peu de retouches sont possibles et l'apprentissage du médium constitue souvent une expérience passionnante. Il est cependant important de bien connaître les propriétés de chaque couleur que l'on veut utiliser. Des procédés ou composés modernes rendent de nombreuses couleurs permanentes, notamment une nouvelle génération de pigments provenant de l'industrie automobile. Les récentes mesures écologiques face aux solvants des huiles ont suscité des changements dans la pratique de plusieurs peintres de l’Amérique du Nord. On assiste à un essor sans précédent de l'aquarelle en raison de l'amélioration des propriétés du médium mais aussi de la qualité, de la maîtrise et de la virtuosité présentes dans de nombreuses œuvres, ce qui ajoute la noblesse du médium.
 
Des ouvrages spécialisés guident les peintres pour le choix de leurs aquarelles afin d'optimiser leur palette et employer des couleurs qui offrent une bonne formulation, un bon degré de transparence, de permanence et de résistance à la lumière, des renseignements sur les couleurs qui ont des effets spéciaux, comme la granulation etc. De plus, le papier d'aquarelle a connu aussi des améliorations apportées par les fabricants de plusieurs pays.
 
 
Il existe de nombreuses sociétés d'aquarellistes aux États-Unis, au Royaume-Uni et, depuis les années 1970, le médium attire de plus en plus l'intérêt des peintres québécois qui l'ont adopté en raison de ses attraits et de son apparente spontanéité. La Société Canadienne de l’Aquarelle regroupe plusieurs peintres renommés dont la qualité de la production suscite un rayonnement et de l’enthousiasme auprès des adeptes, des collectionneurs et du public. Plusieurs adresses d'associations et de sociétés consacrées à l'aquarelle sont mentionnées sur ce site :   Watercolor Online   http://www.watercolor-online.com/
 
L'aquarelle est de plus en plus reconnue comme un médium à part entière, pour ses nombreuses qualités, mais aussi pour l'émergence de processus de création de plus en plus variés. En effet, de nombreuses règles sont associées à l'aquarelle traditionnelle, comme la délicatesse des lavis par exemple. Actuellement, l'audace et l'originalité des approches dans certaines créations augmentent le potentiel artistique de ce médium versatile.
 
Conservation
 
Une peinture à l'aquarelle se conserve en étant fixée à l'aide de ruban adhésif ou de coins au Ph neutre ou sans acide derrière un montage de passe-partout au Ph neutre ou sans acide pour obtenir une chambre à air sous un verre de protection. Un cartonné ou cartomousse plus épais, Ph neutre ou sans acide, est maintenu à l'arrière. Ce montage est entouré d'une moulure et l'arrière et fermé par un papier protecteur dans le cas d'une moulure de bois.

 

Lorraine P. Dietrich, IAF, NEWS, SCA
Membre Signataire, Membre à vie et Membre Émérite de l'Institut des Arts Figuratifs,
Membre honoraire de la Société Canadienne de l'Aquarelle,
Membre signataire de la Society of Canadian Artists
Membre signataire de la North East Watercolour Society, USA
 
 
Bibliographie, plusieurs ouvrages spécialisés, notamment :
 
CLARKE, Michael, Watercolor, A Visual History of this Popular Medium, Collection Eyewitness Art, Stoddart (Canada, 1993) / Dorling Kindersley Books (Angleterre, 1993), 64 pages.   ISBN 0-7737-2625-X
 
PAGE, Hilary, Guide to Watercolor Paints : The Definitive, Up-to-Date Buyer's Guide to more than 1400 Watercolor Paints, Watson-Guptill Publications, New-York, 176 p ISBN 0-8230-2261-7  
http://www.hilarypage.com/books.html                      

WILCOX, Michael, The Wilcox Guide to the Best Watercolor Paints, Artways Ed., Perth, Western Australia, 1991, 286 pages; révisé et augmenté en 2000, The School of Colour Publications,

ISBN 0 89134 409 8   Edition 2000 : ISBN USA 0 89134 409 8
 
Extraits publiés dans :
 
L'aquarelle, cent surprises, Bernard Cloutier, François Ladouceur, texte sur l'aquarelle par Lorraine P. Dietrich, pages  13 et 14, Société Canadienne de l'Aquarelle, 2009, 124 pages, ISBN 0 89134 409 8
 
L'Aquarelliste, Société Canadienne de l’Aquarelle     http://www.aquarelle.ca/
 
Lavis en Couleur, revue de l'Atelier d'Aquarelle Le Partage, hiver 2
 
 

 

 
 
WATERCOLOUR PAINTING
WHAT IS WATERCOLOUR ?
 
 
Watercolour is a very ancient process. 2000 years ago, the Chinese were painting with watercolours onto banderoles, scrolls made of silk, and silk screens. Many authorities say the Chinese invented paper circa 105 A.D. Watercolour as a medium was also found in Japan, East Africa and the Middle East. It was often used to enhance maps, illuminated texts, color studies representing plants and animals, architectural designs, miniatures, illustrations, also for sketches or color studies for a final oil painting. There was a conservation concern about watercolour. Earthtone colors, such as burnt sienna, had good lightfastness or permanence but some colors were unstable.
 
In Occidental world, Albrecht Dürer (1471-1528) is considered by many experts to be the the first master of watercolor painting. His techniques were very elaborate for that century. In the past, ultramarine, a beautiful violet blue, was made with ground lapis-lazuli, which retained a good brilliance in works of artists like Limbourg, Dixon, and Hilliard. In 1781, William Reeves invented watercolour in pans, using honey as humidifying agent. The invention of the first metallic tube is attributed to the American painter John G. Rand in 1841.
 
During the last century, British landscape painters such as Cotman, Girtin, Cozenz, Towne, Constable, Cox, Whistler and particularly Turner used watercolour as a full medium in impressive works. Queen Victoria enjoyed painting with watercolour and the medium became popular in the English-speaking world. In America, paintings from Sargent and Audubon were greatly appreciated. Many art historians say that Winslow Homer was the first to use the white of the paper, a difficult technique which enhances the colors' transparency and brightness. In fact, if white body watercolour is used for highlights or in a mix with red to obtain a rose, this color will be dull because white watercolour is opaque. If the same red is diluted with water, that rose will be transparent.
In Europe, artists like Redouté, Ingres, Edouard Manet, Piet Mondrian, Emile Nolde, Derain, Carl Larsson (from Sweden), other Impressionists and Expressionists produced remarkable watercolour paintings and the medium gained more and more consideration. In England, the Winsor and Newton company published in 1888 the composition of their watercolours as well as results of their lightfastness tests. Artists appreciated this paint, as it was convenient to use and easy to carry.
 
Modern watercolour is generally composed of pigments, water, binding agents like purified gum arabic admixed with honey or glycerin, preservation and dispersing agents (often ox gall). This luminous and transparent medium is diluted with water and applied on special paper. In the Occidental world, the best watercolour papers are made of cotton fibres, ensuring permanency and stability. Several painterly effects are possible with various techniques. Very limited reworking is possible. Learning to paint with watercolor is a fascinating experience. Knowing about each color’s properties is helpful.
 
Since that period, watercolour has undergone a genuine revival and benefited from many innovations. There are two reasons for the development of watercolor: the improved properties of the medium and the masterful qualities found in many paintings. Recent ecological measures concerning oil solvents have also influenced the practice of many American painters. Modern processes and ingredients bring permanence to many colors, including a new generation of pigments developed by the automotive industry.
 
Artists will find guides (books) to help them choose pigments with excellent transparent and lightfastness qualities, as well as possible special effects like granulation etc. Over the years, watercolour paper has also been improved by manufacturers in many countries.
 
 
Many societies or organizations devoted to watercolour painting exist. Most of them are in England and the United States. Since the 1970's, this fascinating medium has become very popular in many countries because of the medium's attractive qualities and apparent spontaneity. Many watercolor societies are listed on the Watercolor Online website : http://www.watercolor-online.com/
 
Watercolour is gaining more recognition as a final medium not only because of its numerous qualities, but also because of the emergence of various approaches and a good variety of creative processes. Indeed, many rules were applied to the traditional watercolour painting, such as subtle washes, for instance, but now, bold and original applications and inspiration increase the artistic potential of this versatile medium.
 
Conservation
 
Watercolour paintings are held with acid free tape behind one or two mats assembly. The mats should be treated pH neutral or acid free. The thickness of the mats forms an air chamber behind the protective glass or acrylic sheet (glazing). A thick foam core or some other treated pH neutral or acid free thick cardboard is placed in back of the painting. This assembly is then inserted into a frame and the back is covered with a protective paper. The paper should glued at the back in case of a wooden frame.
 
Lorraine P. Dietrich, IAF, NEWS, SCA
Signature Member, Life Member and Emeritus Member of Institut des Arts Figuratifs,
Honorary Member of Société Canadienne de l'Aquarelle,
Signature Member of Society of Canadian Artists
Signature Member of North East Watercolour Society, USA
 
 
 
Bibliography, several books, including
 
CLARKE, Michael, Watercolor, A Visual History of this Popular Medium, Collection Eyewitness Art, Stoddart (Canada, 1993) / Dorling Kindersley Books (Angleterre, 1993), 64 pages. ISBN 0-7737-2625-X
 
PAGE, Hilary, Guide to Watercolor Paints: The Definitive, Up-to-Date Buyer's Guide to more than 1400 Watercolor Paints, Watson-Guptill Publications, New-York, 176 pages. ISBN 0-8230-2261-7
 
Thanks to Judy Warner and Barry D. Lindley ( watercolor artist ) for the proof-reading in english
 
Published in French :
 
L'aquarelle, cent surprises, Bernard Cloutier, François Ladouceur, texte sur l'aquarelle par Lorraine P. Dietrich, pp. 13-14, Société Canadienne de l'Aquarelle, 2009, 124 pages, ISBN 0 89134 409 8
 
L’Aquarelliste , Société Canadienne de l’Aquarelle     http://www.aquarelle.ca/
 
Lavis en Couleur, revue de l'Atelier d'Aquarelle Le Partage, hiver 2
.